"Acceptez de recevoir 3 vidéos gratuites pour savoir comment créer votre petite affaire indépendante sur internet"


Entrez votre prénom et votre adresse email dans les 2 cases ci dessous et cliquez sur le bouton "Envoyez Moi ces 3 Vidéos" pour recevoir vos vidéos gratuites.

Votre vie privée est respectée et votre email protégé

Étant entrepreneur, et l’ayant été pendant de longues années, je connais ce phénomène que j’ai l’habitude d’appeler le « syndrome de l’entrepreneur noceur ».

La vie d’une entreprise a trois étapes principales dont le lancement, l’émergence ou la pleine croissance, l’apogée et enfin le déclin ou le maintien. Ces étapes ne sont pas fondées sur des théories académiques mais ont été déterminées en fonction de mes propres expériences d’entrepreneur.

J’ai créé et géré plusieurs entreprises en Afrique comme en France. Et je connais très bien le syndrome de l’entrepreneur noceur pour l’avoir expérimenté plusieurs fois.

syndromedelentrepreneurnoceur

Qu’est-ce que le syndrome de l’entrepreneur noceur ?

Pour l’expliquer, je vais vous raconter son schéma.

Quand vous démarrez votre entreprise, au début vous travaillez dur pour assurer son succès. Vous vous privez même de certaines choses afin de mieux vous focaliser sur la réalisation de vos objectifs. C’est l’étape du lancement.

Puis, vos efforts commencent à porter des fruits. Vous commencez à frayer votre chemin. Et vos clients potentiels commencent à vous connaître à cause de vos efforts marketing. C’est l’émergence ou encore la pleine croissance.

Mais jusque-là, vous savez que vous n’avez pas encore atteint vos objectifs. Mais vous êtes sûrs d’être sur le bon chemin. Par conséquent, vous continuez à fournir les mêmes efforts – peut-être même plus. Et là, vos efforts se paient et vous commencez à gagner le niveau de revenu que vous vous étiez fixés à la création de votre entreprise. C’est l’apogée.

Et comme vous avez une bonne renommée, le bouche-à-oreille fonctionne à merveille et les clients viennent vers vous sur recommandation. Vous êtes aux anges et vous commencez à vous dire : « Tout va très bien.» A cette étape, il y a deux options: si vous continuez dans cette lancée, vous maintiendrez votre entreprise.

Mais vous pouvez aussi décider de vous dire: « Maintenant je peux me reposer. Je n’ai plus besoin de me casser le dos. Je peux dormir tranquillement. Ce qui est sûr, les clients viennent par eux-mêmes. »

Cette deuxième option reflète l’image idéale du syndrome de l’entrepreneur noceur.

Pourquoi éviter de tomber dans ce piège ?

Même quand vous avez l’impression que tout va à merveille, ne dormez pas. Même quand vos revenus sont à la hauteur de vos attentes, ne pensez pas que ce sera toujours le cas. Parce qu’en baissant la garde, vos concurrents n’en feront pas autant.

Pendant que vous serez en train de dormir, ils seront en train de chercher de nouvelles idées et stratégies pour vendre plus et attirer plus de clients. S’ils innovent pendant que vous stagnez, ils récupèreront vos clients. Je ne pense pas que c’est ce que vous voulez.

En outre, en dormant, vous allez perdre plusieurs opportunités et idées qui pourront contribuer au développement de votre entreprise. Bref, sachez que rien n’est acquis et que ce qui vous appartient aujourd’hui ne le sera pas forcément demain si vous ne prenez pas les bonnes dispositions.

Comment éviter le syndrome de l’entrepreneur noceur ?

Lorsque tout marche à merveille, vous avez deux choix: soit dormir ou soit continuer à travailler. Je vous recommande le second. Même quand tout va très bien chez vous, innovez. Cherchez de nouvelles idées pour faire mieux et rendre encore vos clients plus accros à vos produits. Aussi, investissez dans d’autres projets pour vous assurer d’être à l’abri même si un jour votre projet actuel s’écroule comme par enchantement. N’oubliez pas: on n’est jamais à l’abri.

Suivez ces conseils et vous pourrez continuer à assurer le succès de votre entreprise. Et adoptez l’état d’esprit des entrepreneurs à succès et vous vaincrez facilement le syndrome de l’entrepreneur noceur.

Comments are closed.

Post Navigation